Région Poitou-Charentes
     
 

Eaux continentales

Pressions - Impacts des activités industrielles.

Date de dernière mise à jour : 15/05/2007

La consommation d’eau

Les prélèvements d’eau et la restitution au milieu

Les industries, et notamment les usines de pâte à papier, les conserveries, les abattoirs, utilisent de l'eau. Ces prélèvements sont essentiellement réalisés dans les eaux superficielles et ne représentent que 6 à 7% des prélèvements globaux de la région. 93 % de l'eau prélevée est restituée au milieu naturel. En 1998, ils ont diminué de 5 % en dix ans, à volume de production industrielle croissant. De 1998 à 2004, les volumes prélevés sont toujours en diminution.

Prélèvements par usage et par département en 2004  (source : agences de l’eau)
Prélèvements par usage et par département en 2004 (source : agences de l'eau)

Evolution des prélèvements (cf. ci-contre).

Evolution des prélèvements de 1988 à 2004 par usages (source : agences de l’eau)
Evolution des prélèvements de 1988 à 2004 par usages (source : agences de l'eau)
Evolution des prélèvements de 1988 à 2004 par usage et par origine
Evolution des prélèvements de 1988 à 2004 par usage et par origine

La qualité nécessaire requise par certaines industries

Les besoins des industries agro-alimentaires exigent des qualités d'eau du type eau potable ; l'industrie électronique requiert quant à elle une eau très pure pour la réalisation de ses process.

L'eau du réseau urbain va donc parfois subir des traitements complémentaires comme par exemple, l'adoucissement ou la déminéralisation pour les eaux de chaudières. Souvent l'usine choisit d‘avoir son propre approvisionnement auquel elle applique les traitements adéquats pour pouvoir utiliser l'eau.

Les rejets d’eaux usées industrielles

Les eaux uséesEaux ayant été utilisées par l’homme. On distingue généralement les eaux usées d’origine domestique, industrielle ou agricole. Ces eaux sont rejetées dans le milieu naturel directement ou par l’intermédiaire de système de collecte avec ou sans traitement. industrielles sont très différentes des eaux uséesEaux ayant été utilisées par l’homme. On distingue généralement les eaux usées d’origine domestique, industrielle ou agricole. Ces eaux sont rejetées dans le milieu naturel directement ou par l’intermédiaire de système de collecte avec ou sans traitement. domestiques (appelées aussi eaux résiduaire urbaines) et leurs caractéristiques varient d'une industrie à l'autre. En plus de matières organiques, azotées ou phosphorées, elles peuvent également contenir des produits toxiques, des solvants, des métaux lourdsOn désigne par le terme "métaux lourds", les métaux qui ont une masse volumique supérieure à 4,5 g/cm3 (protocole relatif aux métaux lourds de la convention de Genève). Sont donc qualifiés de métaux lourds les métaux présentant un caractère toxique pour la santé et l’environnement : plomb (Pb), mercure (Hg), arsenic (As), cadmium (Cd), Nickel (Ni), zinc (Zn), manganèse (Mn),... Ils proviennent de la combustion des charbons, pétroles, ordures ménagères... et de certains procédés industriels particuliers. Ils se retrouvent généralement au niveau des particules (sauf le mercure qui est principalement gazeux). Les métaux s’accumulent dans l’organisme et provoquent des effets toxiques à court et/ou à long terme. Ils peuvent affecter le système nerveux, les fonctions rénales, hépatiques, respiratoires, ...Les effets engendrés par ces polluants sont variés et dépendent également de l’état chimique sous lequel on les rencontre (métal, oxyde, sel, organométallique). Ils contaminent également les sols et les aliments et s’accumulent dans les organismes vivants et perturbent les équilibres et mécanismes biologiques., des micropolluantsSubstance responsable d’une pollution ou susceptible de provoquer une pollution si elle est introduite en quantité excessive dans un produit ou un milieu. organiques, des hydrocarbures. Certaines d'entre elles doivent faire l'objet d'un prétraitement de la part des industriels avant d'être rejetées dans les réseaux de collecte. Elles ne sont mêlées aux eaux usées domestiques que lorsqu'elles ne présentent plus de danger pour les réseaux de collecte et ne perturbent pas le fonctionnement des stations d'épuration. Cependant, de nombreuses industries possèdent leur propre station d'épuration.

Les industries à l'origine des rejets les plus importants entrent dans le cadre législatif des Installations Classées pour la Protection de l'EnvironnementInstallations soumises aux dispositions du Code de l’environnement (titre 1er du Livre V) les usines, ateliers, dépôts, chantiers et, d’une manière générale, les installations exploitées ou détenues par toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui peuvent présenter des dangers ou des inconvénients soit pour la commodité du voisinage, soit pour la santé, la sécurité, la salubrité publiques, soit pour l’agriculture, soit pour la protection de la nature et de l’environnement, soit pour la conservation des sites et des monuments ainsi que des éléments du patrimoine archéologique. Les dispositions du présent titre sont également applicables aux exploitations de carrières au sens des articles 1er et 4 du code minier (art. L.511-1 du Code de l’environnement). (ICPEInstallations soumises aux dispositions du Code de l’environnement (titre 1er du Livre V) les usines, ateliers, dépôts, chantiers et, d’une manière générale, les installations exploitées ou détenues par toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui peuvent présenter des dangers ou des inconvénients soit pour la commodité du voisinage, soit pour la santé, la sécurité, la salubrité publiques, soit pour l’agriculture, soit pour la protection de la nature et de l’environnement, soit pour la conservation des sites et des monuments ainsi que des éléments du patrimoine archéologique. Les dispositions du présent titre sont également applicables aux exploitations de carrières au sens des articles 1er et 4 du code minier (art. L.511-1 du Code de l’environnement).). L' Arrêté du 2 février 1998 rassemble les valeurs limites d'émission en matière de pollutionDégradation de la qualité d’un produit ou d’un milieu qui affecte son aptitude à certains usages ou à servir de support à la vie de certains organismes. de l'eau et de l'air. Les seuils de rejet imposés aux industriels sont alors fixés par un arrêté préfectoral d'autorisation d'exploiter qui définit les prescriptions réglementaires à respecter afin de satisfaire aux objectifs de gestion équilibrée de la ressource et de préservation des milieux aquatiques.

Principaux rejets industriels dans l’eau en Poitou-Charentes en 2005 (carte DRIRE)
Principaux rejets industriels dans l'eau en Poitou-Charentes en 2005 (carte DRIRE)

En Poitou-Charentes, en 2005, l'effort en vue d'une réduction des pollutions de l'eau s'est poursuivi, notamment par les actions suivantes (source : DRIRE Poitou-Charentes. Bilan 2005) :

  • Participant à la politique communautaire dans le domaine de l'eau, l'action nationale de recherche et de réduction des rejets des 87 substances dangereuses dans l'eau concerne 71 entreprises en Poitou-Charentes. Fin 2005, pour 53 d'entre elles soit 75 %, une visite préliminaire d'un laboratoire, voire des analyses, ont été réalisées.
  • Réduction des rejets de Rhodia Catalysis & Electronics à La Rochelle : entre 2000 et 2005 les rejets ont été réduits de 4178 à 1419 t/an pour l'azoteNuméro atomique 7. L’azote est un constituant de l’atmosphère (75% de l’air que nous respirons est composé d’azote) et de la croûte terrestre. L’azote sous sa forme ammoniacale est un nutriment pour les végétaux. L’azote peut se trouver sous différentes formes (nitrate NO3-, nitrite NO2-, ammoniac NH4+)., de 45 à moins de 10 kg/an pour le nickel, 15 à moins de 5 kg/an de cadmium, de 38 à moins de 5 kg/an de chrome, de 2810 à moins de 55 kg/an de zinc, de 9 à moins de 0,5 kg/an de mercure de 22 à moins de 2 kg/an de plombNuméro atomique 82. Métal gris bleuâtre, terni par altération, très mou, malléable. Son numéro atomique et sa densité (11.34) font de lui un excellent matériau de protection contre les rayonnements gamma et X. Le plomb est émis par le traitement des minerais et métaux et par les véhicules automobiles à essence plombée. Le plomb peut être ingéré par les voies respiratoires et digestives. Poison cumulatif qui se traduit chez l’homme par le saturnisme. Dans le cas de l’ingestion du plomb par la voie alimentaire (notamment de coquillages), la Dose Hebdomadaire Tolérable a été fixée par l’Organisation Mondiale de la Santé à 25 µg de plomb/kg par semaine.. Seul le phosphoreNuméro atomique 15. Le phosphore est présent dans les milieux aquatiques sous des formes phosphatées ((PO4)3-) combinées (orthophosphates, polyphosphates) ou liées à d’autres molécules organiques. Les phosphates sont des nutriments pour les végétaux. est encore trop élevé : 9,56 t/an. Un arrêté a fixé des objectifs de rejets pour 2007 de 1000 t/an d'azote, 100 t/an de DCO et 5 t/an de phosphoreNuméro atomique 15. Le phosphore est présent dans les milieux aquatiques sous des formes phosphatées ((PO4)3-) combinées (orthophosphates, polyphosphates) ou liées à d’autres molécules organiques. Les phosphates sont des nutriments pour les végétaux..
  • Réduction importante (75 %) de l'utilisation de toluène par la Société Arizona à Niort et travaux de séparation des réseaux de collecte d'eaux avec aménagement des points de rejet (investissement : 250 k€).
  • Programmation par la Société Rhodia Food à Melle de l'implantation d'un pilote de jardin filtrant pour compléter le traitement de ses effluentsEau résiduaire sortant d’une station de traitement, d’un complexe industriel ou d’un étang d’épuration. (réduction des MES, DCO, phosphore et azote) - investissement : 1980 k€.
  •  Voir sur l'Environnement en Poitou-Charentes : les éléments de Contexte régional associés
  •  Lien avec une autre thématique de l'Environnement en Poitou-Charentes
  •  Pour aller plus loin
Mentions légales | Conditions d’utilisation | Contenu du site | Aide à la navigation | Plan du site | Crédits | Archives | Politique d’accessibilité de l’ORE | Cadenas fermé