Logo Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
     

Les conflits de l’éolien

Les raisons des conflits

L’arrivée de l’industrie éolienne provoque des conflits liés à l’utilisation de la ressource naturelle qu’est l’espace. La particularité du conflit provient de ce que les arguments écologiques se retrouvent chez les pro et les anti-éoliens. D’un côté, les éoliennes sont susceptibles d’apporter une réponse au problème de l’accroissement de la concentration des gaz à effet de serre et au changement climatique qui en découle. D’un autre côté, les éoliennes investissent le paysage rural.

Le fait qu’elles puissent perturber la faune et la flore et qu’elles fassent du bruit intensifie également les conflits ou les positionne autrement dans le temps. En région par exemple, la mise en service des éoliennes de St Crépin a généré des nuisances sonores, provoquant des mouvements de protestation. Les conflits sont ainsi apparus suite à l’implantation du parc.

Les associations d’opposants ont ensuite fait de St Crépin un symbole des problèmes causés par l’énergie éolienne. Depuis, les habitants refusent l’implantation de parcs trop proches des habitations. Les conflits apparaissent alors pendant la phase de développement des projets, par crainte de voir se renouveler le problème de Saint Crépin.

Le rôle de la proximité

Les conflits générés par les projets d’implantation de toutes sortes sont quasi toujours des conflits de proximité. Ces conflits sont liés à la crainte de voir le cadre de vie se modifier (diminution de la qualité de vie, de la sécurité, de la valeur de ses biens immobiliers) et donc liés à la défense des intérêts des particuliers, même si la politique générale du projet est acceptée. Les « riverains éoliens » sont conscients de l’intérêt général de l’implantation d’éoliennes (intérêt environnemental) mais ils les préfèrent ailleurs que dans leur commune : phénomène NIMBY (Not In My Backyard-Pas dans mon jardin). Le signe de l’importance croissante du phénomène se trouve dans les nombreux recours contre les autorisations délivrées. Les riverains se structurent en associations et luttent ensemble pour refuser les projets (« Vent du Bocage », « Vent de Colère » …en région). La perte de confiance de la population à l’égard des décideurs, politiques ou économiques et à l’égard des experts scientifiques renforce leurs actions.

En France, le taux de recours en justice concernant les permis de construire des parcs avoisine les 30%. En Poitou-Charentes, le dépouillement de la Presse Quotidienne Régionale révèle la place importante de l’éolien dans l’ensemble des conflits environnementaux.

Aide à la navigation | Plan du site | Crédits | Archives | Politique d’accessibilité de l’ORE | Mentions légales | Cadenas fermé